LE CHAT ET LA SOURIS

Par: (pas credité)


La récente crise irakienne, l'agacement et l'inquiétude qu'elle a suscités
ont donné lieu à toute une série d'images, en particulier dans les médias.
On a répété à loisir que Saddam Hussein et Bill Clinton jouaient au chat et
à la souris. C'est, bien sûr, une façon de désigner l'étrange dialogue
auquel se sont livrés ces derniers jours, les provocations de Saddam, les
mises en garde et menaces de Clinton, etc. Alors, qui est le chat et qui
est la souris ? Peu importe, même si on voit mieux le " petit " chef d'Etat
dans le rôle de la souris horripilante, et l'autre dans celui du chat
excédé.

Cette expression du jeu du chat et de la souris existe depuis longtemps,
mais dans un sens assez différent. Et si ce sens nouveau est compris par
tout le monde, c'est probablement par analogie avec des dessins animés
populaires : Tom et Jerry, (ou Titi et Grosminet). Il serait peut-être
abusif de parler d'anglicisme, mais à coup sûr, c'est encore un effet de la
culture dominante américaine.

En effet, au départ, jouer au chat et à la souris signifie que le plus
puissant des deux, dans un rôle de bourreau, fait semblant de laisser
échapper sa proie pour la rattraper au dernier moment, et feint de lui
donner sa chance, alors qu'en fait elle n'en a pas.

Divers autres jeux de société, par analogie avec le jeu social, servent
ainsi de métaphore. Les chaises musicales, par exemple, qui eux aussi ont
déteint de l'anglais "musical chairs". Le jeu est bien connu : les
joueurs tournent autour des chaises pendant qu'un gramophone joue de la
musique. Quand la musique s'arrête, tout le monde s'assoit, mais comme il y
a une chaise de moins que de joueurs, un joueur est éliminé. On enlève
alors une chaise et on recommence… Et dans les entreprises, un nouvel
organigramme, un "redéploiement" peut souvent produire le même effet.

Jouer à cache-cache est moins pervers, et s'entend parfois lorsque
quelqu'un souhaite éviter ceux qui le cherchent : une personnalité peut
ainsi jouer à cache-cache avec les journalistes pour gagner du temps, ou
éviter des questions embarrassantes. Et un suspect peut jouer à
cache-cache avec la police.

Le jeu de piste, lui, s'emploie davantage dans le cadre d'une
investigation, d'une enquête. Mais peut-on encore parler de métaphore ?
C'est la pratique ludique qui est formée à l'image de la pratique
judiciaire.

On peut terminer avec un jeu plus individuel, le yoyo, ce double disque qui
monte ou descend en s'enroulant autour d'une ficelle, et passe
alternativement de la position tout en bas à la position tout en haut.
L'image sert souvent à exprimer les fluctuations boursières, mais on
l'entend aussi parfois pour évoquer des variations brutales dans les cotes
de popularité.


Go à la page principale d'archives