VETEMENTS D'ORIGINE EXOTIQUE

Par: (pas credité)


Aujourd'hui, les jeunes ne portent plus d'"anorak", ils portent une
"doudoune". Les deux mots renvoient peu ou prou à une même réalité : un
vêtement matelassé, molletonné, conçu pour affronter les grands froids,
mais que l'on porte à l'heure actuelle autant en ville, qu'à la montagne.

Le mot "doudoune" a des connotations plus douillettes, plus enfantines,
alors que le mot "anorak", un peu obsolète pour les jeunes d'aujourd'hui
renvoie à des images de grand froid, de blizzards, et de pentes glacées. Et
pour cause, puisque c'est un mot esquimau anoré "vent", qui a été
introduit en France, par le docteur Charcot au début de ce siècle. Il
désignait alors un vêtement complet, couvrant tout le corps et pas
seulement le haut comme aujourd'hui.

Non contents de nous offrir leur "anorak", les Esquimaux nous ont aussi légué
leur "parka". Un mot qui pose problème car certains le mettent au masculin et
d'autres au féminin, ce qui est quand même la tendance dominante
actuellement. Quoi qu'il en soit, on appelle "parka" un vêtement court,
chaud, imperméable et souvent matelassé pour protéger du froid.

A côté de ces deux mots qui sont vraiment rentrés dans l'usage courant,
tout comme la chose à laquelle ils font référence, d'autres mots d'origine
lointaine ont été intégrés à notre langue et on a pour la plupart oublié
leur exotisme originel.
Certains sont des mots directement empruntés à des langues étrangères. Tel
est le pyjama, par exemple. Le mot vient de l'hindoustani pâe-jama qui
signifie "vêtement de jambes". Il est introduit dans notre langue au
début du XIXe siècle et il désigna d'abord le pantalon que les femmes
portent en Inde, puis la tenue de nuit (deux pièces, haut et bas) pour
les hommes mais aussi pour les femmes en Occident.


Go à la page principale d'archives