MENAGE

Par: (pas credité)


Tout le débat sur le PACS a mis en lumière la différence qui peut exister
entre une réalité sociale et son inscription juridique, ou même
linguistique. Ainsi, les organismes d'études démographiques raisonnent-ils
encore en terme de ménage, plus ou moins équivalent à celui du foyer. Un
ménage évoque la cohabitation de deux personnes ou plus. Mais ça a toujours
été le contraire d'un mot romantique : ça gomme le rapport amoureux pour
souligner le quotidien dans ce qu'il a de répétitif. Des expressions comme
"ils se sont mis en ménage", "ils vivent en ménage" renvoient à un
couple, en général non marié. L'expression est un peu vieillie, mais
surtout porteuse d'un jugement de valeur négative qui date d'un temps où la
vie maritale hors mariage était un phénomène rare, marginal et totalement
déclassant ; alors qu'aujourd'hui, ce phénomène fait partie de la norme
sociale, en concurrence avec d'autres modes d'organisation du couple et de
la famille.

On a d'autres expressions où ce mot de "ménage" évoque une caricature de
mariage et reste associé à une condamnation morale : ménage à trois (cf. le
trio de boulevard, avec mari, femme et amant).
Mais d'autres locutions, plus neutres, renvoient à des relations non
familiales : "faire bon ménage" signifie bien s'entendre, surtout quand des
circonstances extérieures forcent à une certaine proximité : "Je dois
partager mon bureau avec Monsieur Chose. On fait bon ménage…".
L'origine du mot renvoie au vieux français "mesnie" = famille qui lui-même
dérive du latin mansio = maison.

Ce qui permet de bien comprendre une autre expression liée au mot : "faire
le ménage", c'est nettoyer et ranger sa maison. Le mot "femme de ménage"
renvoie à une pratique et même à une profession qui, n'étant plus
exclusivement féminine, laisse sa place à l'"homme de ménage". Il y a quelques
années l'expression faisait sourire. Maintenant, elle passe plus ou moins
dans les mœurs.
Attention, "faire le ménage" a aussi un sens figuré : "on a engagé un
nouveau Directeur Général pour qu'il fasse le ménage" ; c'est-à-dire pour
qu'il remette de l'ordre dans une administration qui fonctionne mal ou qui
est corrompue, pour qu'il assainisse, qu'il rende plus efficace le travail.
Mais surtout, par extension, pour qu'il renvoie les incompétents ou les
profiteurs : "faire le ménage", c'est faire place nette.


Go à la page principale d'archives