PILE

Par: (pas credité)


Face aux piles : c'est le titre d'une excellente chronique de Pierre Marcelle,
dans le supplément "Livres" du journal Libération. Mais qu'est-ce qu'une pile,
l'un des mots du siècle ? Relevons d'abord le jeu de mots : Pierre Marcelle fait
le bilan des dernières publications, et considère avec circonspection la pile des
nouveautés. En même temps, s'il lui fait face, c'est pour faire calembour
avec l'expression "pile ou face". Les deux acceptions du mot "pile" semblent
provenir d'une même source : si "pile" est le revers d'une pièce de monnaie,
c'est qu'il était, au départ, un morceau de fer destiné à imprimer une devise
ou un emblème, dans un autre métal, voire dans de la cire (on est proche du
sceau). Et c'est dans ce sens sonnant et trébuchant qu'on tire des
expressions comme "tomber pile" (= tomber net sur un côté), assimilé assez
vite à "tomber à pic", "tomber juste". Et ceci explique d'autres expressions
comme le célèbre "pile poil".

Mais attention, le mot "pile" vient au départ de l'architecture. "Pila", en
latin, signifie pilier de maçonnerie soutenant des arches (cf. les piles
d'un pont, encore aujourd'hui).
Par extension, il peut être question d'un tas d'objets, mis les uns sur les autres.
Cf. aujourd'hui, "pile d'assiettes", etc. et le mot "empiler" = mettre en pile.
Emploi figuré : masse de tâches ou de problèmes à résoudre successivement :
la "pile" descend lentement (image de la pile des dossiers à traiter).

Mais l'histoire du mot n'en reste pas là : en 1799, Volta crée sa pile, un
appareil construit à l'aide de disques empilés, qui sert à transformer une
énergie chimique en énergie électrique. Et cette "pila" italienne est à
l'origine de nos piles sèches, petits objets mystérieux qui contiennent de
l'énergie électrique, et évitent un branchement. On distinguera donc les
appareils qui marchent à pile et ceux qu'il faut brancher sur le secteur
(radio, jouet, rasoir…).

Mais c'est d'abord à faire des lampes de poche que cela a servi. Dans les
années 50/60, une pile, ou une pile électrique désignait seulement cette
lampe de poche - grande époque Wonder.
Les piles se sont répandues depuis, et servent souvent de façon
métonymique; la pile est assimilée à l'énergie qu'elle contient : "je n'ai
plus de pile".
Les piles sont aussi miniaturisées (pile cardiaque, alias pace maker), mais
elles ont aussi grossi (pile atomique = réacteur nucléaire).
Les piles servent aussi à faire démarrer les voitures. Là, elles sont plus
lourdes et plus encombrantes, et on les appelle batteries, avec, à l'oeuvre
la même métonymie : "je n'ai plus de batterie" = "je suis à plat, je ne peux
pas démarrer".


Go à la page principale d'archives