HORLOGE

Par: (pas credité)


L'horloge de la place Saint-Marc à Venise est né il y a 500 ans. Mais à
l'époque, que pensait-on des horloges, et surtout de leur genre ? Je parle
du français bien sûr - laissons l'italien aux Vénitiens - car le mot
"horloge" est l'un des rares transsexuels de notre langue. Il commence, en
effet, sa carrière française au masculin (et souvent avec un h de moins : un
orloge). Un vestige rouennais l'atteste : le Gros Horloge. Le mot vient du
grec (horologion = ce qui dit l'heure) et on le trouve au figuré dans
quelques expressions qui empruntent leur sens à la régularité de
l'instrument : avoir sa vie réglée comme une horloge, être réglé comme une
horloge (la plaisanterie du féminin est facile et usuelle). On parle
également d'"horloge biologique" à propos des rythmes de vie qui se
rappellent plus ou moins à chacun de nous

Au départ, notamment en latin (c'est cette langue qui avait formé le mot
sur des racines grecques) et en ancien français, l'horloge désigne
n'importe quel dispositif prévu pour donner l'heure : cadran solaire,
sablier ou clepsydre (à eau). De ces trois appareils, malgré l'évidente
beauté et la force symbolique des deux premiers, seule la clepsydre offre
un réel intérêt au linguiste. Mais quel intérêt ! Comment imaginer que le
temps pourrait être mesuré par un voleur d'eau. Et c'est là la clepsydre,
étymologiquement, cette construction de récipients gigognes. On remplit
l'un et l'eau se glisse furtivement, comme un voleur, dans l'autre; et ce
remplissage progressif correspond à une durée donnée. On déterminait ainsi
à Athènes le temps de parole réservé aux orateurs. Que ne remet-on à
l'honneur cette belle pratique dans les réunions professionnelles !

Et la pendule alors, n'est-ce pas une forme dérivée de l'horloge ? Que si !
C'est, au départ, une horloge à pendule. Et nous voilà devant un autre
changement de genre, mais qui correspond ici à un changement de sens : un
pendule est un corps suspendu à un fil, et qui balance. (Cf. mouvement
pendulaire = mouvement de va-et-vient). On a donc imaginé des horloges à
pendule, c'est-à-dire réglées par un balancier. La pendule était née.

Une expression figurée retiendra notre attention : remettre les pendules à
l'heure, c'est-à-dire réaffirmer des principes de façon ferme, pour
redresser une situation qui semble partir à vau-l'eau.

Emission coproduite avec le Centre national de documentation pédagogique (CNDP)


Go à la page principale d'archives