SENAT

Par: (pas credité)


Le Sénat en France fait parler de lui, peut-être un peu plus qu'à
l'accoutumée, puisqu'on relève qu'il traîne des pieds devant des
propositions de réformes qui, apparemment, déplaisent à la majorité de ses
membres : PACS, parité hommes/femmes… Le Sénat n'apparaît pas à la pointe
du progrès social, semble être un frein, répugne à adapter l'institutionnel
au social. Certains s'en désolent, beaucoup s'en étonnent… Mais n'est-ce
pas là sa fonction ? En tout cas, étymologiquement, le Sénat est un Conseil
des Anciens ; il est donc prévisible qu'il fasse peser le poids des
traditions pour freiner l'évolution des mœurs, ou tout au moins
l'adéquation de la loi aux mutations contemporaines.

Car le Sénat est une assemblée de vieux. "Senatus" et "senator" (le "Sénat" et
le "sénateur" latin ) dérivent de "senex", dont on sait qu'il nous a donné en
français sénile (mais aussi "seigneur" - soyons honnêtes ).
Si le sens moderne de "Sénat", dans les institutions françaises apparaît en
1799, avec le Sénat conservateur (déjà conservateur ? Dans l'esprit de
l'époque, il était chargé de conserver les institutions), le mot existait
bien avant, d'abord pour nommer le sénat romain, dans un contexte
d'histoire romaine, mais déjà avec un écho particulier : c'est la tortue de
La Fontaine qui va son train de sénateur. Et l'expression est restée
courante.

L'autre représentant du peuple, dans la Constitution de la Vème République,
c'est le député, qui n'a pas du tout la même image que le sénateur. Le mot
est infiniment plus neutre, et ne donne une impression ni de jeunesse, ni
de vieillesse.
Le mot remonte au verbe latin "deputare" : d'abord élaguer un arbre puis
évaluer, estimer et en ancien français où il devient "députer", "déléguer" puis
"élire".
Mais il ne suffit pas de se faire élire, encore faut-il siéger. Où ça se
passe ? Pour les sénateurs, au Sénat. Même si techniquement, il est plus
précis de parler de Palais du Luxembourg, le mot Sénat désigne
ordinairement cette belle bâtisse.
C'est pour les Députés que c'est plus compliqué. Ils siègent à l'Assemblée
Nationale, naguère appelée Chambre des Députés. Mais ça c'est du passé de
la IVème. Pourtant ce passé est resté inscrit un certain temps dans les
mémoires et l'évolution du métro parisien en est bien le signe : il n'y a
que peu d'années que la station "Chambre des Députés" a été rebaptisée
"Assemblée Nationale", avec bien du retard sur l'histoire. Ce changement de
nom se comprend dans la mesure où il se situe sur le lieu même où cette
institution fonctionne : il ne s'agit pas de commémorer un fait historique
(comme Stalingrad, par exemple, nom de bataille et non d'une ville).
Le mot chambre a un sens institutionnel depuis bien longtemps, judiciaire
et législatif. Dès le XIVème siècle, c'est une Cour ou un Tribunal (en Picard).
Puis, il traduit les réalités parlementaires anglaises. Enfin, à partir de
la IIIème République, il est comme le symbole du régime : débat houleux,
interpellation à la chambre.



Go à la page principale d'archives