LIMITE

Par: (pas credité)


"C'est limite". Expression récente, plutôt à la mode, un peu familière, mais qui
commence à passer dans les moeurs. "Pour faire une blague, il a annoncé sa propre
mort, avec faire-part et annonce dans la presse : c'était limite". "Dans cet hôpital, les
conditions d'hygiène sont limite". L'image de la frontière est claire, mais le sens est un
peu particulier : si les conditions d'hygiène sont "limite", ce n'est pas vraiment
qu'elles sont "à la limite de l'acceptable" : ce qu'on veut exprimer, c'est qu'on a dépassé
la "limite", on est au-delà. Il s'agit donc là d'un euphémisme, comparable à l'usage du
mot "juste" : "c'est un peu juste" signifie "c'est insuffisant".

Toutefois, l'emploi du mot "limite" dans ce genre d'expression est assez vague : on
peut très bien entendre : "Mon train partait à 34 ; je suis arrivé à la gare à 33 ; je l'ai eu
mais c'était limite" ( = "je l'ai eu de justesse"). Le nom est utilisé comme un adjectif
(qu'on imagine invariable ; mais de toute façon, on est dans l'oral). Et le mot, comme
un adjectif se module : "C'était un peu limite", "très limite", ou même "limite-limite".

Dans un usage encore plus familier (et toujours aussi oral), on peut entendre "limite"
utilisé comme un adverbe : "ils chantent avec enthousiasme, mais c'est limite juste"
(= "c'est légèrement faux"; on pourrait très bien dire d'ailleurs, "c'est limite faux" :
simple question de point de vue).

Autre expression assez à la mode, mais depuis plus longtemps : "à la limite". C'est plus
un tic de langage qu'une locution familière, et syntaxiquement, on n'a rien à lui
reprocher.

Premier sens : en poussant le raisonnement jusqu'à l'extrême (cf. le spécialiste).
Aujourd'hui, le sens de l'expression se rapproche de tout compte fait : "Cette maison
me coûte bien cher, et j'y vais peu souvent. A la limite, je pourrais la vendre"...
(= tout bien considéré).

Enfin, si l'on dit "il n'y a plus de limites", cette expression proverbiale s'emploie
toujours dans une phrase de censeur, et souvent à l'hypothétique : "Si on accepte ça, il
n'y a plus de limite". C'est qu'on a dépassé les bornes (dernière image de la série).



Go à la page principale d'archives