MORATOIRE

Par: (pas credité)


De plus en plus nombreux sont les scientifiques qui demandent un "moratoire" pour les expériences qui concernent les OGM, c'est à dire les organismes génétiquement modifiés. Pourquoi ? Simplement parce qu'on ne sait pas à quoi on touche. Et qu'est-ce que ça veut dire ? qu'ils demandent que pour un temps indéterminé, jusqu'à ce qu'on en sache plus sur les conséquences de ces manipulations par exemple, on arrête ces expériences.

Le mot "moratoire" est savant, refait en français d'après le latin dans la deuxième moitié du XVIIIème siècle. Mais depuis le début du XVème, le latin juridique utilisait par exemple la formule "moratoria", pour désigner des lettres "moratoires", c'est-à-dire un document qui accordait un délai à quelqu'un. Et le singulier "moratorium" a été courant dans la langue juridique jusqu'au XXème siècle. C'est un "moratorium" qui a été prononcé au début de la guerre de 1914 pour suspendre certaines dettes des soldats mobilisés.

Le mot (français ou latin) a en général un sens économique : un "moratoire" suspend l'obligation de payer une dette, ou le déroulement du calendrier de cette dette.
Le mot indique donc le plus souvent une mesure qui va dans le sens du débiteur. Une expression pourtant, les intérêts "moratoires", qui s'ajoutent à une dette pour compenser le retard avec lequel on l'a payée.

Le mot a-t-il des synonymes ? En tout cas pas techniques. Mais on peut parler de délai, de report, de suspend, de gel. L'idée est sensiblement la même avec ces quatre mots, avec cependant deux perspectives différentes : ou on met l'accent sur le fait de repousser à plus tard ou on pointe le fait que pendant une durée indéterminée, un processus doit être stoppé. C'est une pause, une mise entre parenthèses.
Alors quels verbes employer pour exprimer ce genre d'idée ? On retarde ? Le mot a souvent une connotation vaguement péjorative, comme si on prenait du retard sur un échéancier déterminé. Et on sait que sur ce genre de points, la morale populaire est intraitable : "il ne faut pas remettre à demain"… etc. On "repousse"… Le mot est plus neutre et indique clairement qu'on "déplace" une obligation, sans l'annuler. On "reporte" ? c'est plus précisément pour une rencontre, un rendez-vous. On "diffère" ? Ce dernier mot est plus rare, peut-être plus recherché, employé le plus souvent avec l'idée que le retard impliqué ne sera pas très long. On "ajourne" est plus vague et semble renvoyer à une échéance plus lointaine.
Maintenant, si on veut remettre à beaucoup plus tard, le mieux est d'utiliser l'expression "sine die" qui laisse toute latitude.



Go à la page principale d'archives