STRATOSPHERE

Par: (pas credité)


Salon aéronautique du Bourget. Jacques Chirac l'a inauguré, preuve qu'il a quelques retentissements. Mais qu'y voit-on ? Bien des objets volants, dont le Proteus, avion américain qui, dit-on, vole à 17 000 mètres d'altitude, et peut relayer les communications en lieu et place des satellites. Est-ce donc Proteus que nous gloserons ? Que non pas ! C'est "stratosphère", qui fut jadis le mot qui montait et qui, maintenant, terne et dépassé, n'est plus employé que pour ce qu'il est.
Mais voyons d'abord ce qu'il fut. Dans les premières décennies d'après-guerre, la "stratosphère" est devenue à la mode. C'était une époque glorieuse où, passée la conquête du ciel, on s'attaquait à celle de l'espace. Oh ! on n'allait pas encore bien haut, mais on essayait. Et justement, la "stratosphère", c'était tentant : si près, presque l'étage au-dessus. Et l'adjectif "stratosphérique" est brièvement devenu l'adjectif à la mode, le superlatif branché (par contamination américaine d'ailleurs).
Pourtant, avec le recul, on n'est plus très sûr que la réalité témoignait d'autant d'altitude : la "stratosphère" entoure le globe terrestre entre 17 000 et 50 000 mètres d'altitude (une chance pour Proteus qui, en fait, va frôler cette stratosphère). 17 petits kilomètres… Franchement, pas de quoi en faire un plat. Mais dans la surenchère obsessionnelle de "plus près de toi mon Dieu…", il n'y a pas de petit profit, ni de maigres espoirs.
Pourtant, la "stratosphère" ne date pas d'hier : inventée (de toutes pièces) en 1898 par Teisserenc de Bort, elle a été entourée par la "troposphère" (au-dessous de 8 000 à 17 000), et (au-dessus) de la "mésosphère", la "thermosphère", et enfin l'"exosphère", bien sûr la plus éloignée de nous. Tous ces termes ont été utilisés en météorologie essentiellement, et on comprend facilement la présence du suffixe "sphère" : ils entourent le globe terrestre, et se présentent donc comme de gros ballons.
Et de toute évidence, ils sont formés sur le modèle d'"atmosphère", un mot bien plus ancien (XVIIème siècle) qui désigne en gros l'enveloppe gazeuse qui entoure la terre. "Atmosphère", comme les autres mots que nous avons évoqués, est formé à partir de racines grecques.
Le sens figuré d'"atmosphère" est ancien, pour renvoyer à un climat, un environnement, une ambiance : "une atmosphère détendue", étouffante, etc. Et on ne manquera pas de se rappeler Arletty dans "L'Hôtel du Nord"…



Go à la page principale d'archives