ENTREPRISE

Par: (pas credité)


1er et 2 juillet à Ouagadougou : séminaire sur le développement de l'"entreprenariat" féminin. Qu'est-ce que c'est que ce jargon ? L'"entreprenariat", c'est le fait de fonder sa propre entreprise, sa propre affaire - boutique, société industrielle, quoi que ce soit… L'important c'est qu'on soit son propre patron - le cas échéant, celui des autres. C'est en tout cas du jargon du titulaire, du vocabulaire de Sciences Po ou assimilé, et ce néologisme n'est pas encore dans le dictionnaire - au contraire d'"entrepreneurial" (= qui concerne le fait d'"entreprendre", ou le "chef d'entreprise", qu'on trouve dans le "Larousse"). Ça montre bien que cette famille est productive et à la mode en ce moment, tout au moins dans certains milieux.

La famille pourtant est loin d'être neuve, et elle a illustré bien des significations. Au départ, les mots de ce clan évoquent plutôt une action hostile : "entreprendre", au XIIème siècle signifie "attaquer", puis "accuser", et même "railler" au XVème . Quant à "entreprise", il signifie opération militaire dès le XVème. (Le sens a pu se garder dans d'autres langues, en anglais notamment : cf le porte-avions Entreprise, qui fut l'orgueil de la marine américaine).

L'ultime dérivation de ce sens militaire se retrouve dans le vocabulaire amoureux, jamais avare de métaphores guerrières quand il s'agit d'illustrer le rapport conquérant des hommes aux femmes. On parle ainsi d'"entreprise amoureuse", et d'un "homme entreprenant" lorsqu'il est hardi avec les femmes.

Mais c'est très tôt également que les mots de cette famille prennent le sens le plus neutre qu'ils conservent encore de nos jours : "entreprendre" c'est commencer quelque chose, se donner les moyens de le faire, en être à l'origine : "il avait entrepris de repeindre la salle à manger" ; "courageuse entreprise que de se lancer à l'ascension du Mont-Blanc". "Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer"… comme disait Orange.

Pourtant c'est un dernier domaine qui est tout à fait productif aujourd'hui : celui avec lequel nous commencions, le monde des affaires.

Un "entrepreneur" est donc un patron ? Le mot a en général un sens plus précis; c'est la plupart du temps un patron qui se situe aux franges de l'artisanat ("entrepreneur de transports"), et presque toujours dans le bâtiment, soit plus fréquemment pour désigner celui qui coordonnera tous les autres corps de métier et qui pourra faire travailler, selon les besoins, un électricien, un maçon, un menuisier, etc.

Mais le mot d'"entreprise" a un usage bien plus large et renvoie à une idée de société commerciale, quelle que soit sa taille, de la plus lilliputienne des PME jusqu'à la Général Motors. Ce qui se traduit en langue familière par "boîte" : une grosse "boîte", une petite "boîte"… Et ce mot d'"entreprise", avec la vague de libéralisme que nous connaissons, est à la mode, et à l'origine de quelques expressions bien portées : "logique d'entreprise", "culture d'entreprise"…




Go à la page principale d'archives