DEFILE

Par: (pas credité)


Le 14 juillet, on défile, surtout les militaires d'ailleurs. Il s'agit, en effet, d'une parade militaire à la fois festive et symbolique, qui montre la puissance et l'éclat de l'armée, symbole de la Nation.

"Défiler" c'est, bien sûr, s'étirer comme un fil, mais pour se montrer. D'où des expressions comme "défilé de mode", ou même "défilé des manifestants" qui sont descendus dans la rue.

On ne dira pas que les militaires du 14 juillet sont "en file indienne". D'abord, ils sont "en colonne", et souvent plusieurs "de front", ensuite, cette autre expression est moins martiale et plus familière. Elle n'implique pas l'idée du pas cadencé et évoque les danses rituelles des "Peaux-Rouges" telles qu'on se les imagine avec, à l'arrière-plan, l'idée du sentier de la guerre.

"A la queue leu leu" est bien plus française, puisque la locution est de l'ancien français. Elle signifie à la "queue du loup", c'est-à-dire comme une "queue de loup", ou plutôt à la manière des loups qui se suivent.

Mais si, au lieu d'être les uns derrière les autres, on est rangé sur une file horizontale, on dit plutôt qu'on est "en rangs d'oignons". Avec un "S "de nos jours, et sans "S" au départ, puisque l'expression vient, semble-t-il, du nom du Baron d'Oignon. Celui-ci avait été chargé en 1576 du protocole des Etats-Généraux réunis à Blois, et devait placer les députés selon leur rang. Embarrassé par cette tâche ingrate, il avait fini par les mettre tous les uns à côté des autres : "en rang d'oignon" (sans "S").




Go à la page principale d'archives