ŒUF

Par: (pas credité)


"Va te faire cuire un œuf !" C'est familier, mais cette expression prouve bien que l'œuf est à la base de bien des choses, aussi fécond dans la langue que la réalité des choses.

Les expressions imagées sont nombreuses :

"Etouffer dans l'œuf" -notamment pour une révolte- c'est l'étouffer avant qu'elle voie le jour, qu'elle vienne à terme (comme une révolte avortée : l'image est la même).

"Plein comme un œuf" = bourré. Se dit aussi bien d'un lieu concret (le métro aux heures de pointe) que d'une notion plus abstraite : "j'ai une journée pleine comme un œuf".

D'autres expressions sont liées à la fragilité de la coquille de l'œuf : "marcher sur les œufs" = prendre mille précautions, souvent pour aborder un sujet délicat avec quelqu'un.

"On ne fait pas d'omelette sans casser d'œufs" : slogan du réalisme : des sacrifices et des compromissions sont obligatoires pour aboutir à un succès.

"Ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier" : origine campagnarde et bon sens populaire : il faut répartir les risques et ne pas miser tout son argent sur le même cheval.

Enfin, certaines locutions font appel à la petitesse de l'objet (référence aux œufs de poule). Si c'était des œufs d'autruche, ce serait différent. "Qui vole un œuf vole un bœuf" vole un boeuf (l'assonance y est pour beaucoup).

"Il tondrait un œuf" (image extrême de l'avarice).




Go à la page principale d'archives