MARCHÉ

Par: (pas credité)


Le "marché" fait souvent référence à quelque chose de purement alimentaire : une succession de boutiques, d'échoppes, parfois d'étals dressés en plein air où l'on vend de quoi se nourrir. Il y a aussi des "marchés" spécialisés qui échappent au tout alimentaire : "marché" aux timbres, aux fleurs, aux "puces" - bien que dans ce dernier, on ne vende pas de puces, mais de la brocante et de la seconde main.

Mais ce nom de "marché" s'est étendu à des préoccupations de plus en plus abstraites, et notamment boursières. Le "marché" est l'ensemble des transactions effectuées en bourse : on dit donc qu'il est calme ou actif, en hausse ou en baisse. Et d'ailleurs le "marché" désigne n'importe quel type de domaine économique : le "marché" du pétrole, le "marché" immobilier, etc.

De là quelques expressions typiques : "emporter le marché", c'est emporter la commande, être chargé de réaliser un certain type de travail qui, souvent, lie commerce et industrie. Et ainsi parle-t-on aujourd'hui de "marché européen", voire de "marché mondial".

Terminons avec une expression pittoresque et familière : "être sur le marché", c'est être disponible, donc convoitable - locution plaisante qui s'applique souvent aux stratégies amoureuses. "Bernadette vient de divorcer ; elle se sent un peu seule et elle est sur le marché : un cœur à prendre".




Go à la page principale d'archives