CLAVECIN

Par: (pas credité)


Le clavecin est aujourd'hui à la mode - on en trouve même en kit - bien que cet instrument ait connu son heure de gloire du 18ème siècle. Drôle de mot, composé, et en fait mot-valise, c'est-à-dire condensé à partir de deux autres mots : clavi et cymbalum. Clavis signifie touche, clé. Et le cymbalum est un instrument à percussion qui existe encore (on frappe des cordes tendues sur un cadre). C'est l'un des instruments principaux de la musique traditionnelle tzigane d'Europe Centrale.

Notre clavecin, ancêtre du piano, mais dont le mécanisme pince les cordes au lieu que le piano les frappe, a quelques cousins : le clavicorde ; l'épinette, petit clavecin souvent portable. Son étymologie est fort discutée. Le mot pourrait venir de l'épine à cause des becs, ces petites épines qui pincent les cordes lorsqu'on actionne les touches. Ou bien de Spinetti, facteur vénitien d'instruments de musique. Le virginal, autre petit clavecin, ainsi nommé soit parce que c'était l'instrument des jeunes filles, soit parce qu'il avait un son très pur.

Le clavecin a bien sûr un fils (ou un bâtard), le piano. Ce dernier mot est l'abréviation de deux mots italiens qui le composent à l'origine piano-forte, car la dynamique de son clavier permet qu'on en joue soit doucement (= piano en italien), soit fort (forte en italien). Notons qu'aujourd'hui, on parle encore de piano-forte en français pour désigner un instrument construit dans la deuxième moitié du 18ème siècle, qui n'avait pas encore tous les perfectionnements du piano moderne.




Go à la page principale d'archives