PHENOMENE

Par: (pas credité)


C'est la semaine de l'éclipse, on l'a bien compris. Essayons donc de voir quel vocabulaire est mis à l'honneur par ce phénomène. Ce quoi ? Ce phénomène ! Premier mot qu'on entend très souvent pour désigner l'affaire.

Un phénomène est un événement digne d'être remarqué, et donc qu'on remarque.

Le mot vient du grec et dérive du verbe "phaïno" : montrer. Le phénomène est donc d'abord ce qui se donne à voir et ses premiers emplois, dès la langue grecque, ont été relevés dans le domaine de l'astronomie. Les "phainomena" sont les constellations visibles.

En français, à l'époque de la Renaissance, le mot passe dans la langue savante pour désigner les faits bruts qu'on observe scientifiquement, ce qui se présente devant l'œil curieux vissé à l'esprit scientifique.

Mais le mot est passé dans un langage courant aujourd'hui : c'est un résultat, observable par tout le monde, à partir duquel on peut remonter pour en chercher les causes : de nos jours on se marie moins, en France, on a plus d'enfants hors mariage ; les femmes vivent plus longtemps que les hommes. Ces données de base sont des phénomènes qu'on peut tenter d'expliquer sérieusement mais que personne ne conteste.

Le phénomène est aussi un événement qui arrive et non qu'on a provoqué intentionnellement. Le fait que des hommes aient marché sur la Lune est un événement mais on ne le qualifiera pas de phénomène. En revanche, la chute d'une énorme météorite est un phénomène : c'est extraordinaire et ce n'est pas voulu. Mais c'est phénoménal. L'adjectif existe, pour désigner quelque chose de disproportionné avec la réalité quotidienne.

Et pour finir, il faut parler de l'usage le plus plaisant de ce mot savant : un phénomène, c'est un original, un personnage imprévu, et en particulier, un enfant turbulent, qui ne sait pas quoi inventer pour surprendre ou agacer.




Go à la page principale d'archives