CHINE

Par: (pas credité)


La semaine culturelle chinoise organisée à Paris par l'Unesco nous donne l'occasion de parler de la Chine, et même du chinois.

Pourtant, peu de mots en français sont issus de cette langue. "Thé", bien sûr, mais il a fait un si grand voyage, transitant par la langue malaise… Quelques autres rares mots font entendre un souvenir de leur accent comme "shantung", une étoffe de soie, du nom d'une province ; "kung-fu" ou "kumkwat", encore très liés à leur origine exotique. "Ketchup", par contre, a pris une forte autonomie, alors qu'à l'origine, il signifie saumure de poisson, et que le produit de base est probablement assez éloigné du condiment favori des steaks tartares et hamburgers.

Mais c'est le mot "Chine" lui-même qui est intéressant, et d'origine indienne.
Enfin, c'est un peu plus compliqué : "Tsinta" est le nom d'une dynastie chinoise du IIIème siècle. Mais ce sont les Indiens qui ont fini par nommer le pays d'après le nom de cette famille régnante, alors qu'en Chine, on parlait d'Empire du Milieu.

L'adjectif "chinois" a bien des sens péjoratifs en français : un "supplice chinois" est censé être cruel, raffiné, s'étirer en longueur et en subtilité. Les "chinoiseries administratives" sont des méandres tortueux, des complications infinies et inutiles. Quant à "chinoiser", c'est être pointilleux à l'excès, chercher la petite bête avec un certain mauvais esprit.




Go à la page principale d'archives