SCULPTURE et STATUE

Par: (pas credité)


Les Champs de la sculpture : c'est le nom d'une nouvelle exposition qui va se tenir sur les Champs-Élysées à Paris. Mais vous aurez remarqué qu'on y parle de "sculptures" et non de "statues". Quelle est donc la différence entre les deux mots ?

En fait, le sens de l'un contient le sens de l'autre : toutes les "statues" sont des "sculptures" mais toutes les "sculptures" ne sont pas des "statues".

L'étymologie du mot "statue" est assez éclairante : il dérive du verbe latin statuer, ériger, mettre debout. Une "statue" est donc une "sculpture" verticale, en général, figurative et représentant un personnage. On a malgré tout quelques exceptions à cette loi de la verticalité : les "statues" équestres (le personnage n'est pas forcément une écuyère debout sur son cheval) ou même les gisants qui représentaient, sur certaines tombes médiévales, le mort allongé les mains jointes.

Mais la "statue" représente, en général, un personnage important et elle est élevée à sa gloire.
Ce qui explique que l'expression "statue de"… ne soit pas équivalente à "sculpture de"… Une "statue de" Louis XIV représente le roi alors qu'une "sculpture de" Zadkine a été exécutée par cet artiste.

Peu d'expressions figurées à partir de ce mot "statue", à part "muet ou immobile comme une statue", et le peu courant "déboulonner une statue" qui signifie brûler une idole, renier celui qu'on avait adoré…
Quelques autres mots existent avec des emplois spécifiques, bien sûr : le bas-relief est taillé dans la masse, "relevé de la pierre". La frise est un bandeau de reliefs enchaînés et le mot vient, semble-t-il, du peuple phrygien qu'on disait versé dans cet art.

Quant à la "sculpture", c'est un mot qui peut s'appliquer à n'importe quel ouvrage taillé dans n'importe quel matériau. Tinguely, Henry Moore, Calder même font plutôt des "sculptures" que des "statues".





Go à la page principale d'archives