FAILLIR

Par: (pas credité)


Deux suicides récents de petits patrons, suite à des liquidations judiciaires. Il n'en fallait pas plus pour que le quotidien LIBERATION fasse une rapide enquête sur les procédures de dépôt de bilan. On nous parle donc de ceux qui ont déposé leur bilan, qui sont donc en "faillite", en les appelant les "faillis". Le mot est rare mais technique dans la langue juridique.
Pourtant, ce mot de "failli" et toute sa famille présentent un très large éventail de sens et une histoire longue et compliquée.

"Faillir", en ancien français, veut successivement dire manquer à un devoir, se tromper, échapper à, commettre une faute, et manquer de peu.
C'est de toute façon, ce dernier sens qui nous est le plus familier aujourd'hui : "faillir", c'est rater d'extrême justesse, faire presque, mais ne pas faire.
Et le sens du mot peut être aussi bien positif que négatif :
"J'ai failli faire tomber ta grand-mère dans l'escalier" (mais, en fin de compte, elle n'est pas tombée, et la phrase, positive, exprime le soulagement).
"J'ai failli décrocher ce boulot" (mais, en fin de compte, je ne l'ai pas eu - la phrase est négative). "Un peu plus et je l'avais ; c'était moins une".

Pourtant, on a encore, en français d'aujourd'hui, quelques survivances des anciennes acceptions : "faillir à ses devoirs" (c'est-à-dire manquer à ses devoirs). Le sens est fort, et moral. Il s'agit de celui qui n'a pas rempli sa tâche ou, pour ainsi dire, a trahi la confiance qui avait été placée en lui.
La "faillite", constat économique et bancaire de l'échec d'une entreprise, est encore marquée par la faute, le manquement. C'est moralisé, bien plus qu'un simple échec : c'est le déshonneur.
Et quant au "failli", celui qui est "acculé à la faillite", le mot est rare, et presque ironique tant il est fort.

Maintenant, à partir de cette racine, on trouve des mots au parfum bien différent.
La "faille", océane ou minière, c'est-à-dire le trou, le vide, le manque, le rien, l'abîme ou la fracture. Ça vient également de là.

Mais, on a d'autres mots aux sens beaucoup plus anodins, en tout cas, moins fort : la "défaillance" est un petit manquement, un raté en général considéré comme provisoire, humain ou mécanique ("défaillance" technique).

Et "défaillir" signifie pour ainsi dire se trouver mal, s'évanouir.
Un mot pour finir sur les mots qui expriment le contraire : on se sert souvent du préfixe privatif "in-". Et on a alors "infaillible" = qui ne peut pas se tromper, adjectif qui est à l'origine de l'"infaillibilité", dont la papale est la plus célèbre.



Go à la page principale d'archives