BEAUTE

Par: (pas credité)


Ces quatre derniers jours, on a vu fleurir à Pantin, dans la Région parisienne, un salon intitulé "Afro'dit", un salon de la beauté noire.
Tout commence bien sûr par un jeu de mots. Aphrodite était en Grèce la déesse de l'amour et réputée pour sa beauté.
Et "afro" est un radical dérivé d'Afrique qui évoque non seulement ce qui est africain, mais plus encore peut-être ce qui est "à l'africaine", ou d'origine africaine. Ainsi, toujours dans le domaine de l'apparence extérieure, parle-t-on des "coiffures afro", d'une "mode afro". D'autre part, on sait que les Noirs des Etats-Unis sont souvent appelés afro-américains (terme prétendument neutre, qui est censé faire pièce à toute forme de racisme, et dont l'efficacité n'est pas parfaitement avérée).
En tout cas, "Afro'dit" est un salon de la beauté où on a pu avoir un aperçu de toutes les techniques, toutes les modes d'embellissement, de maquillage des visages et des corps féminins (il y a encore un relatif tabou sur le maquillage masculin).

Et le mot "beauté", dans une acception particulière, recouvre précisément ce domaine. Dans les magazines féminins, la rubrique "beauté" est consacrée à tous les conseils qui aideront les lectrices à être fières de leur apparence. De même, on peut aller dans un Institut de beauté pour différer l'outrage des ans.
Pourtant, cette expression "Institut de beauté" paraît parfois un peu vieillie. On parle plus facilement aujourd'hui d'"espace beauté", de "club beauté" ou de "centre d'esthétique". Car ce mot d'"esthétique" est aussi très utilisé. Les femmes qui y travaillent sont des "esthéticiennes".

Et si on a vraiment le besoin ou les moyens d'aller se refaire la fois une beauté et une santé, on peut se tourner vers la "thalassothérapie" ("thalassa" veut dire mer, en grec) qui utilise des moyens en rapport avec cette mer régénératrice qui nous fait rêver : un bon bol d'iode, des bains d'algues ou à remous, quand ce n'est pas "l'épilation laser bioélectronique".



Go à la page principale d'archives