AUX ARMES

Par: (pas credité)


L'association guadeloupéenne "Aux arts citoyens !" organise un festival de cinéma ("Noir tout couleurs").

"Aux arts citoyens !", c'est bien sûr une citation et un clin d'œil : on entend en filigrane "Aux armes citoyens !", fragment célèbre de la sanglante antienne qui fait notre hymne national. C'est donc une référence à "La Marseillaise". Et cette exclamation martiale a un sens précis, évoque un danger imminent et une nécessité de s'armer pour y faire face. Cette exclamation a d'ailleurs un statut linguistique particulier : elle est relativement anonyme et le locuteur est dans la position du "un pour tous" qui parle ? Peu importe ! Mais il s'adresse indistinctement à tous ceux qui sont susceptibles de l'entendre. Cet appel à s'armer, et par delà, à combattre, est ancien (XIXème siècle : "as armes !"), et noté par Alain Rey comme ayant une utilisation figurée (du courage !). Une citation de Stendhal l'atteste, mais cette acception me semble rare .

On peut noter d'autres exclamations d'un type voisin de celle-ci, exhortant au combat, ou au contraire encourageant la débandade. Et nombre d'entre elles ont une origine maritime.
"Branle-bas de combat !" Cette exclamation est parfois employée (mais presque toujours de manière un peu plaisante) comme un appel à la mobilisation : tout le monde doit se préparer à quelque chose ("on annonce l'inspecteur ; branle-bas de combat !"), et on n'est pas si loin de "tout le monde sur le pont !". Mais, en même temps, cette interjection évoque le plus grand désordre, la panique générale. A l'origine, le "branle-bas" est la manœuvre qui consiste pour l'équipage à installer ou ranger les hamacs pour la nuit.
"Sauve qui peut !" exprime plus encore l'affolement et entérine la règle du "chacun pour soi". Ce subjonctif à valeur impérative signifie : que celui qui peut se sauver le fasse, mais l'expression est figée, au point qu'on l'utilise parfois à la manière d'un nom : un "sauve-qui-peut" général est une panique collective.
Quant à "SOS", si cette expression n'est pas plus rassurante, elle évoque quand même un appel à l'aide et non un appel à la fuite. "SOS" correspond à un code rythmique facilement identifiable dans l'alphabet morse : …---…, c'est-à-dire trois points, trois traits, trois points. On a bâti tout un roman séduisant, autour des initiales des mots "Save Our Souls" (sauvez nos âmes), qui n'a pas le commencement d'un début de preuve, mais permet de briller en société.




Go à la page principale d'archives