DEMAIN, LENDEMAIN

Par: (pas credité)


La pilule du "lendemain" disponible gratuitement par le biais des infirmières dans les lycées pour les filles qui souhaiteraient y avoir recours ? Ce n'est pas le genre de mesure qu'on adopte facilement et on comprend qu'elle suscite des discussions âpres.

Mais, elle questionne en tout cas le linguiste : qu'est-ce que c'est que cette pilule du "lendemain" ? Une expression clin d'œil bien sûr, qui repose sur une ellipse : quand on nous parle du "lendemain", c'est forcément le "lendemain" de quelque chose. Le "lendemain" veut dire le jour suivant : il faut donc savoir ce que ce jour suit, et pour cette expression, on imagine bien sûr le "lendemain" d'une nuit d'amour ou, en tout cas, d'une relation sexuelle sans contraception. Cette pilule du "lendemain" évoque donc en l'opposant à une contraception régulière et préventive, une contraception ponctuelle et après coup.

Le "lendemain" évoque donc, au figuré, ce qui suit un événement ou une période, avec souvent une idée de contraste entre les deux moments : Triste comme un "lendemain" de fête, ou les "lendemains" qui chantent (évocation d'un avenir radieux supposé. Il paraît que cette expression est née sous la plume de Gabriel Péri, dans la dernière lettre qu'il écrivit à sa femme avant son exécution par les Allemands).

Maintenant, la pilule du "lendemain" est-elle la pilule de "demain" ? Ça n'est pas sûr, et les deux expressions n'ont pas le même sens : la pilule de "demain" c'est celle de l'avenir, qui prévaudra à moyen terme. De même, on parle de la France de "demain", de la voiture de "demain"… Dans cette acception-là, "demain" est bien sûr pris au sens figuré : il s'agit des temps à venir (plus ou moins éloignés d'ailleurs - ça dépend du contexte…) et ça s'oppose, par exemple, au sens figuré d' "aujourd'hui" qui signifie "à notre époque".

Mais, il y a un point commun important à ce sens figuré de "demain" et à son sens littéral : dans les deux cas, le mot est un déictique, c'est-à-dire que son sens se comprend par rapport au moment où l'on parle. Si je dis "demain", j'évoque le jour qui suit celui dont je parle. Donc, le mot n'assigne pas une date précise, mais ne prend son sens que par rapport à la date qu'il est quand on le prononce ou quand on l'écrit. Donc si je dis "demain, je vais me marier" ; cette phrase n'aura de sens qu'un seul jour, et elle sera fausse tous les autres.

C'est ce qui explique la phrase proverbiale et plaisante "Demain, on rase gratis". Cette formule représente toutes les promesses non tenues, notamment les promesses électorales et les beaux discours politiques, comme si tous disaient "Votez pour moi aujourd'hui, et demain je ferai votre bonheur". Référence à ce barbier légendaire qui mettait devant son échoppe cette pancarte : "demain on rase gratis", et ne la changeait jamais. Et quand on lui disait que c'était aujourd'hui qu'on rasait gratis, puisque la pancarte était déjà là la veille, il rétorquait : "Mais non, regardez, c'est marqué : demain on rase gratis !" Alors pourquoi cette phrase et pourquoi un barbier ? Probablement parce que cette corporation qui, jadis, réunissait barbiers, dentistes ambulants, chirurgiens, n'avait pas très bonne réputation : "menteur comme un arracheur de dents".




Go à la page principale d'archives