MESSE

Par: (pas credité)


"Messe de minuit" pour Noël : rituel catholique si connu qu'il fait partie de la culture française, même si tout le monde bien sûr ne s'y rend pas. Mais Noël fait facilement penser à la "messe".
Soit, mais qu'est-ce que c'est réellement que la "messe" ? Une célébration religieuse, certes. Mais on a beau souvent opposer les cultures païennes à la chrétienne, la "messe" est quand même un rite sacrificiel et symbolique qui se rappelle une certaine magie religieuse : c'est le sacrifice du sang et du corps du Christ, sous les espèces du pain et du vin.

Mais l'origine du mot est étrange : il vient du participe latin "missa", qui signifie "envoyée", et qu'on entend dans la dernière phrase de cette célébration "ite missa est", formule énigmatique qui signifie : "Allez, c'est le renvoi" (= le prêtre donne son congé aux fidèles) ou encore : "Allez, elle (= la prière) est envoyée (à Dieu)".
La "messe" peut avoir plusieurs degrés de solennité, la "grand messe" revêtant une importance particulière.
Le mot d'ailleurs est employé à toutes les sauces, pour désigner une réunion importante qui rassemble toutes les personnes concernées, en particulier les plus importantes, selon un rite précis et respecté, et à une échéance régulière (conseil des ministres, conférence de rédaction d'un journal, assemblée générale des cadres d'une entreprise...). Jusqu'au journal télévisé sur les grandes chaînes nationales qu'on a parfois stupidement appelé la "grand-messe du vingt heures" en filant la métaphore à l'aide de la fine plaisanterie : le rite cathodique.

Toute autre est la "messe basse", littéralement dite à voix basse, et sans chants ni musique ; et au sens figuré une "messe basse" est une façon de dire quelque chose tout bas à quelqu'un, faisant en sorte de ne pas être entendu de l'ensemble de l'assemblée dans laquelle on se trouve.




Go à la page principale d'archives